By 23 mars 2016 18 Comments

VARAPINCES A GIENS-4

Et  çà continue…
031 032 033 034 035 036 037 038 039 040
GR83
Retraité de la construction navale artisanale. Animateur de randonnée et coutelier au fond du jardin, parmi les cistes et les oliviers. Curieux, exigeant et perfectionniste. Petit et râleur…. Et c’est pour ça qu’on l’aime.

«

»

 
  • Thau

    Sur la deuxième et la dernière, un horizon à la Wolff…On sent la fatigue…Ou le kil de rosé… ;o))

    • Wolff

      J’ en ai plein comme ça, tu vas être servi.

    • GR

      Ben oui… Les deux, sans doute! Pas trouvé d’outil pour les redresser…

      • Dom

        Photoshop et Paint Shop Photo font ça très bien, et surtout, très simplement.

        • GR

          Merci, Dom, mais je passe déjà beaucoup de temps sur l’ordi… J’essaie de limiter un peu!

  • Fr@nk

    Ou sont les célèbres Grottes ?

    • Thau

      Il faut y aller en barque. Ou à la nage… ;o)))

    • GR

      Les grottes de Giens, ou les crottes de chien?

      • Fr@nk

        Desolé … mais il faut que je la fasse !

  • Dom

    Une prequ’île où j’ai des souvenirs… militaires.
    Ahhh, la pigoulière avec ses bonne odeurs de gazole au petit matin pour rallier Porquerolles…

    • GR

      Qu’appelles-tu une pigoulière? Un bien joli mot, d’ailleurs…

      • Dom

        La pigoulière, c’est le surnom de la barcasse militaire qui sert de navette, en l’occurence entre la Tour Fondue et l’île de Porquerolles.
        A l’origine, c’est un terme de marine pour décrire l’embarcation dans laquelle sont établis les fourneaux en maçonnerie portant les chaudières à brai qui servent à caréner les bâtiments.
        Aujourd’hui, c’est surtout un terme de mépris, se dit d’un navire mal installé, mal tenu. Je ne sais si c’est son abominable odeur qui a baptisé « pigoulière » cette navette … mais pour peu qu’il y ait eu un peu de mer, il fallait avoir le cœur bien accroché le lundi matin à potron minet !

        • GR

          Merci, Dom. J’ai utilisé du brai, en réparation navale, à La Rochelle, pour cintrer des tubes en cuivre de gros diamètre. Il est vrai que ça emboucane!

    • Fr@nk

      Mes seuls souvenirs militaires outre Toulon, sont sur l ile du levant 🙂

      • Dom

        J’ai aussi servi au Levant à l’occasion, pour les exercices de tir sur avion-cible.
        ArAer (officier d’armes aériennes), j’étais l’un de ceux qui étaient censé commander sa destruction par radio quand on en perdait le contrôle. Mais quand on perdait le contrôle radar, on perdait en général le contrôle radio en même temps. Alors, après la destruction du jardin de la résidence d’été du 1er ministre l’année d’avant, il y a eu la caravelle Ajaccio-Nice… Ce jour là, je me serais bien passé d’être au Levant ! J’avais pourtant bien appuyé sur ce fichu bouton rouge, mille millions de sabords ! Alors on a retiré le CT20 du service pour le remplacer par le CT40 qui avait, lui, le bon goût de s’auto-détruire en cas de perte de contrôle radar…

        • GR

          J’ai avec moi, à Varapinces, le cinéaste qui travaille au Levant, et filme les essais, de jour comme de nuit. Un boulot peinard, semble-t-il…

  • Miko

    Génial le petit chemin sur la 3e photo !

    • GR

      Il descend au ras de l’eau, mais personne n’a voulu l’emprunter…

z35W7z4v9z8w
Aller à la barre d’outils