By 6 mars 2016 20 Comments

Pallares 1/4

Aujourd’hui nous partons en Espagne, en Catalogne plus exactement. Si la belle de Cadix a les yeux de velours, le bel hidalgo de Solsona a un couteau Pallares, toujours (olé !). Solsona est donc une petite ville de 9000 habitant, mère patrie des couteaux Pallares. Si à première vue certains couteaux qui sortent de Solsona peuvent ressembler à des chinoiseries de fêtes foraines, les amateurs – dont je fais parti – ne jurent que par eux. Solides, utiles, tranchants. Cahier des charges pleinement rempli pour de parfaits couteaux du quotidien.

Le premier que je vous présente est un Gabacha, petit deux clous minimaliste et populaire. Un genre de capucin en plastoc. Il est aux couteaux ce que les crocs sont aux godasses : c’est pas très beau mais c’est confortable et facile à laver. Je l’aime bien.

IMG_1899

IMG_1915

IMG_1930

IMG_1942

IMG_1923

IMG_2719

IMG_2753

Gambasman
Photographe amateur. Audois et à l’œil. Bien qu’ayant toujours eu un couteau dans la poche ou à portée de main, je ne m’y intéresse vraiment que depuis peu et les collectionne quand mon petit budget le permet…

«

»

 
  • Thau

    J’en ai un du même tonneau cran plat manche nylon Pallares Solsona mais avec une forme un peu différente. Il pèse 25 g, mes fonds de poche apprécient ! Trouvé au marché de Sommières. Ton autoportrait à la mandarine est super…

    • Gambasman

      J’ai aussi ce fameux cran plat dont tu parles, en version corne de bélier. Photos à venir !
      Mon autoportrait est très ressemblant, mais c’est pas du Arcimboldo non plus hein…

  • Gambasman

    De manière générale, j’aime pas trop faire dormir mes couteaux dans les tiroirs (même ceux qui ont une valeur sentimentale). J’aime bien les couteaux qui servent !

    Mais c’est vrai qu’il y en a quelques uns, j’aurai moins peur de les perdre, de les casser ou d’aplatir la pointe en voulant connement ouvrir une boite de conserve avec… (je l’ai fait une fois hein, pas deux)

  • GR

    Très sympathique présentation. Soignée et originale, pour un utilitaire qui le mérite, je pense…

    • Gambasman

      Merci !

  • ARTO6644

    Ce couteaux est très intéressant. Il est l’exacte forme du capucin français, comme celui fabriqué par la coutellerie de saint Étienne au 19eme, 18ème. Modèle premier prix appelé des ganis. Abréviation signifiant couteau canif pas cher ou usé du mot ganivet ( canif). C’est la forme exacte que plus personne ne fait. ( cul du couteau en coquille escargot et tête trés carrée). Superbe ligne. Je craque! Le couteau de nos ancêtres. Mais en plastic….

    • Gambasman

      ♪ Le plastique c’est fantastique ! ♫
      Et justement, dans mon prochain article je montre un Pallares quasi-identique avec un manche en olivier. Patience…

      En plus d’être le patronyme d’un illustre coutelier (hé ! hé ! ), je connaissais le mot « ganivet » pour avoir acheté un Pallares sous cette appellation (mais pas le même modèle que ci-dessus). Sur son site, le vendeur parle de « ganivet catalan » : http://www.couteau-pyrenees.com/couteaux-pliants/

  • ricopiopio

    splendide les photos, la présentation est magnifique, bravo!

    • Gambasman

      Muchas gracias !

  • Beau Capucin!!!!!!!! J’en ai de diverses tailles à prix très bas car les manches sont en plastiques, mais cela ne change rien à la Beauté de ces couteaux!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    http://www.boutique-couteaux.fr/37_pallares

    • Gambasman

      Oui, le mien est en acier carbone, lame de 9 cm.

  • Wolff

    Les photos sont très inspirées.
    Les plaquettes sont en plastique… Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.

    • Gambasman

      Merci !
      Il y a plastique et plastique. Et ici on est pas sur le dessus du panier (en plus d’être ébavuré à la machette…). Mais je ne sais pas pourquoi, sur ces couteaux ça passe.

      • Wolff

        C’est le genre de couteau Ûon peut tout pardonner.

  • Dom

    Belle mise en scène !
    Ne leur trouves-tu pas comme un air de famille ?

    • Gambasman

      Si ! C’est d’ailleurs très curieux. Les savoir-faire catalans et sardes étant bien distincts et isolés, Darwin aurait sans doute parlé de convergence évolutive…

  • salut Gambasman,
    voilà plusieurs jours que je n’ai pas pu me rendre sur le blog du coutographe… grrrr !!!
    je découvre toujours avec autant de plaisir tes couteaux et surtout tes photographies de couteaux.
    Quelle originalité, quelle justesse dans les compositions. C’est bien simple, J’ADORE TOUT !!!
    Bravo, bravo…

    en plus, je reconnais tes photos AVANT de voir ton nom, c’est un signe !

    • Gambasman

      Merci du compliment !

  • Fr@nk

    Ca fait longtemps que je vois ce nom de couteau sans jamais avoir osé franchir le pas !
    J’en comprends que c’est du solide et sur … Merci Gambasman !

    Pour les photos … muy bella !

z35W7z4v9z8w
Aller à la barre d’outils